Quel est le bon moment pour trouver ta vocation? en 5 questions à te poser

le bon moment pour trouver ta vocation en 5 questions à te poser
montre en nature moment ideal trouver ikigai

Tu es peut-être pendant les études, ou juste à la sortie ou en poste depuis quelques années. Ça y est tu as fait un bout de chemin, tu sens que tu as envie de te mettre en action et de trouver ce qui te fait vibrer pour nourrir ta future activité professionnelle. Pour autant, est-ce vraiment le bon moment ? Ça n’était pas vraiment prévu ? Est-ce que ça n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe ? Est-ce que ça ne vas pas faire trop avec les études, le voyage, le job ou qu’est-ce ?

Clairement, tu as peut-être l’impression que le moment n’est pas forcément idéal. Ce que je peux te dire c’est que je rencontre des jeunes-femmes à toutes ces étapes et qu’il y en a qui trouve que le moment n’est pas forcément idéal à chacune de ces étapes. Alors comment y voir plus clair sur ta situation ?

Dans cet article je vais te poser 5 questions, pour que tu puisses savoir si c’est le bon moment de te lancer dans la recherche de ton Ikigaï ou de ce qui te fait vibrer (tu peux lui donner le nom que tu veux).

Quand on est seule à se poser toutes ces questions et à vouloir avancer dans son coin, ça n’est pas toujours facile de discerner ce qui nourrit ton intention, de ce qui t’éloigne de tes objectifs. Pour cela, on va aborder 5 questions, qui devraient t’aider à y voir plus clair et à décider si c’est le bon moment de te lancer dans cette introspection (seule ou accompagnée).

Alors prends un moment et pose-toi ces questions une par une.

#1 Si tu devais noter ta motivation de 1 à 10, à te lancer dans cette introspection pour enfin y voir plus clair sur ton chemin, quelle serait ta note ?

migration oiseaux ta reelle motivation a trouver ta vocation

Si tu te poses sérieusement la question en ce moment est un premier indice de ta motivation. En revanche, il est important de bien prendre le temps de réfléchir, c’est un investissement dans tous les sens du terme qui nécessite d’être pleinement disponible.

Pour cela, note ta motivation. Est-ce que tu es plutôt aux alentours de 8-10 ? Ou plutôt aux alentours de 0-6 ? Je parle ici de motivation profonde, est-ce que l’idée de t’inscrire et d’y voir enfin plus clair sur ton chemin te mets en joie ?

C’est vraiment la première question à se poser, et clairement la plus importante.  🙂

#2 De quel temps disposes-tu ?

Maintenant que tu sais que tu as envie d’aller dans cette direction, regardons le côté concret des choses.

Il va te falloir du temps pour te poser, brainstormer, mais aussi passer du temps moins productif à te balader, prendre du temps pour toi et laisser les idées venir. Tout cela requiert du temps.

J’estime qu’il faut environ 3-4 mois pour trouver sa vocation, il n’y a pas besoin de plus si on s’en donne vraiment les moyens pendant cette période (temps, énergie, travail, aide d’un mentor et du coup argent). Bien sûr, on peut l’étaler dans le temps, mais c’est parfois risqué, car on peut rester toute sa vie à chercher sa voie, sans forcément la trouver. J’ai pour ma part vécu les deux versions : seule j’ai « cherché » pendant plus de deux ans, sans grand résultat et accompagnée j’ai trouvé en 4 mois, et c’est clairement pour ça que j’ai décidé de diffuser cette méthode de mise en action.

De façon très pratique, je dirais qu’il faut au moins 1,5 à 2 jours par semaine consacrés à cela, répartis en demi-journées (les week-ends par exemple) ou en plages de trois heures. Ça c’est le minimum. Idéalement, être pleinement disponible est encore mieux, car on va plus en profondeur.

C’est un point très important, car c’est dommage de se lancer dans un processus si riche personnellement et professionnellement, si on est obligé de le « bâcler » parce qu’on a plein d’obligations par ailleurs.

Par exemple, régulièrement je suis contactée par des personnes qui sont en long voyage, souvent dont l’un des objectif est justement de trouver du sens. Si le voyage le permet au niveau du timing, ça peut être une super idée que de se lancer dans cette introspection, au moment du voyage, où on est « seule » (sans l’influence de ses amis, famille, école, etc.).

Il faut se rendre disponible à soi.

#3 Quels sont tes objectifs sur les 6 prochains mois ? et dans 1 an ?

objectifs prochains mois

Le troisième point est d’établir tes priorités. Quels sont tes objectifs à moyen terme ? Tu sais que tu souhaites trouver ta vocation et comme tu as la motivation et le temps nécessaire, tu sais que sous 3 à 4 mois tu devrais y voir plus clair. Et après ? Que souhaites-tu en faire ? Lancer ton activité ? Trouver un job adapté ? Faire autre chose ?

Prend un temps pour mettre au clair cela. Finalement, à quoi va te servir d’avoir trouvé ta vocation dans les mois qui arrivent ?

#4 Comment penses-tu articuler tout ça avec le contexte actuel dans lequel tu vis (études, boulot, non-activité, voyage, etc.)

Maintenant que tu as les objectifs, c’est-à-dire ce que tu souhaites mettre en place dans l’année, comment cela va s’articuler à ton quotidien ?

Est-ce que tu as envie de passer à l’action rapidement ? Préfères-tu te concentrer sur tes études pour en tirer le meilleur ? Tu as des connaissances qui sont étudiants entrepreneur et ça te tente beaucoup ? Tu as envie de tout faire d’une traite et dès que tu connais ta vocation, lancer un projet aligné avec qui tu es ?

Si tu as l’impression qu’il y a un continuum logique, c’est que c’est le bon moment.

Si tu sens que ça fait beaucoup de choses à mener de front, qu’est-ce que tu pourrais laisser sur le côté pour un temps ? Quel est l’impact de cette décision dans ta vie ? Si l’impact est faible et que tu trouves ça libérateur de te décharger de cette activité pour laisser place à la recherche de ta vocation, c’est que c’est probablement le bon moment. Si au contraire, ça te pèse, tu as l’impression que c’est « dangereux » ou « stressant », par exemple d’abandonner tes études pour ça, c’est que ça n’est pas le bon moment. Mieux vaut attendre une période plus calme, où tu pourras être pleinement présente à ta recherche.

#5 Est-ce que je procrastine ? 🙂

Parfois, malgré ce cheminement de questions, on a tendance à penser que ça n’est pas le bon moment, mais on en a très envie quand même, on est, comme on dit chez moi : « le cul entre deux chaises ».

C’est là qu’il faut se demander : est-ce qu’il n’y aurait pas un brin de procrastination dans l’histoire ? Est-ce que tu as l’impression de remettre au lendemain cette décision depuis déjà plusieurs mois, alors que même si ça te semble inconfortable, tu en as très envie ?

Dans ce cas, LA question à te poser est : « Qu’est-ce que je gagne à ne pas me décider ? Quel est l’avantage que j’obtiens ? ». Si tu remets cette décision au lendemain c’est que tu as un bénéfice qui est plus confortable que ce que tu crois obtenir en prenant la décision aujourd’hui. Quel est-il ?

En l’identifiant, tu vas pouvoir mieux comprendre ton comportement et l’adapter pour te mettre en action.

———————————

Si tu n’oses pas vraiment te lancer vers une activité qui fait sens pour toi, je t’invite à suivre la mini-série de vidéos gratuites ci-dessous, pour y voir plus clairs surs quels sont tes principaux freins et comment les dépasser. 😉

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Pour aller plus loin, inscris-toi à la mini-série de 4 vidéos gratuites...

pour dépasser les 4 principaux freins auxquels on est confrontée quand on souhaite lancer son activité durable (même si on ne sait pas encore comment ;) )

symbole
les 4 freins les plus courants quand on suohaite lancer son activité durable
Cannelle
Cannelle

J’accompagne des jeunes diplômées en quête de sens professionnel et écologique vers un entrepreneuriat durable qui leur ressemble.

Qui suis-je ?

Laisser un commentaire