Comment se « connecter » à ce qui fait sens en temps de confinement ?

Comment-se-connecter-a-ce-qui-fait-sens-en-temps-de-confinement

Une semaine de plus s’est écoulée au rythme du confinement, des nouvelles du COVID et de toutes les conséquences que cela peut avoir dans nos vies : physiologiquement, émotionnellement, physiquement, etc.

Pour éviter la propagation du virus, nous devons mettre de côté un certain nombre de libertés que nous avions habituellement, comme serrer dans ses bras des êtres chers, faire la bise à ses amis, sortir manger quelque part, aller faire une randonnée, avoir des activités (yoga, foot, zumba, ou bridge), pour un temps. Bien que cela soit provisoire, l’incertitude ambiante ne nous permet pas de savoir combien de temps cela va durer, ce qui rend parfois difficile la patience.


Dans cette période embrumée, il m’a semblé important de faire un point sur l’essentiel : qu’est-ce qui est si dur à accepter dans cette attente et comment le transformer ?

Je voudrais te parler aujourd’hui de la notion de « connexion ».

Connecté.e et déconnecté.e

Connexion.

C’est un mot qu’on utilise souvent pour témoigner de sa présence sur Internet, les réseaux sociaux et la technologie en général. Mais c’est amusant, car le même mot désigne aussi le fait de se « brancher » à d’autres choses, souvent opposées à ce monde technologique, comme être connecté à la Nature ou à soi. Ainsi, on utilise aussi bien être connecté que déconnecté, pour parler d’une retraite méditative réalisée au tréfonds de l’Ardèche.

Considérons donc qu’il y a plusieurs « réseaux ».

Aujourd’hui, je vais te parler de celui sur lequel il est plus difficile de se connecter en ces temps de confinement, je vais donc te parler de connexion à toi, connexion aux autres et connexion à la Nature.

Je ne sais pas comment ça se passe pour toi, mais en restant chez soi (encore plus en appartement en ville), en période de pandémie, on peut dire que le contexte n’est pas à la connexion aux autres ou à la Nature. On pourrait penser, qu’en revanche cela favorise la connexion à soi, mais j’ai l’impression que ça dépend de chacun.e et que pour certain.e.s, la composante émotionnelle ou de changement de rythme, n’aide pas à laisser de la place à Soi, du moins dans sa version apaisée et centrée.

Pourtant, nous avons plus que jamais besoin de Nature, de connexion avec les autres et avec Soi.

Mais de quoi est-ce que je parle quand je parle de « connexion » ?

Tu sais cette sensation : après une belle balade en forêt, une récolte de champignons, ou quand tu regardes le soleil se lever au milieu des champs d’oiseaux, alors que personne n’est encore levé, cette boule d’énergie qui gonfle dans ta poitrine. Cette sensation quand tu es autour du feu avec tes amis et une guitare, quand tu écoutes ta grand-mère te raconter sa jeunesse avec passion, les yeux dans les yeux. Ou bien, quand tu sens que ce que tu fais de ta vie est aligné avec les valeurs que tu portes, celles qui te font vibrer et te sentir si vivante.

C’est ce que j’entends par être « connectée ».

Et justement, pourquoi c’est important de se connecter (à soi, aux autres, à la Nature) ?

Je pense que si tu vois de quelle sensation je parle, il n’y a pas vraiment besoin de t’expliquer son intérêt, tellement ça peut être fort à vivre. Pour autant, favoriser sa connexion a de réels avantages comme nourrir sa créativité, être une source d’énergie (de pêche !) et de bonne santé mentale (c’est un concept très présent ici au Québec, moins connu en France, bien que primordial), c’est aussi un état qui nous aide à savoir ce qui est bon pour soi et donc qui nous guide dans nos choix. Tout un programme ! …dont on a bien besoin en ce moment, non ?

Mais, comment faire quand tu es chez toi, en appartement, au centre-ville? Comment ne pas avoir à attendre 1, 2, 5 mois pour pouvoir la vivre à nouveau ? Se remplir les batteries et réfléchir à la suite ?

Alors comment se re-connecter à tout ça ? Quand on est confiné.e ?

Les #MercrediConnexion

En fait, c’est une somme de petites choses qui font qu’on se sent connecté.e et c’est justement pour cela que j’ai lancé les #MercrediConnexion sur la page Facebook des Façonneuses : chaque semaine j’y partage une façon différente de se connecter à soi, aux autres ou à la Nature(via une illustration). Voici la première parue la semaine passée :

Tout simplement, aller à la fenêtre et s’émerveiller de l’immensité du ciel, de ses milliards d’étoiles (bien que depuis mon balcon ces jours-ci je n’en vois que deux… 😉 ). Simplement, regarder le spectacle qui s’offre à nous…et voir ce que ça nourrit en toi.

Et comme ces choses-là ont une saveur tellement exacerbées quand elles sont partagées, je t’invite à partager en commentaires de ces #MercrediConnexion, ce qu’ils t’ont permis de vivre.

Et toi dans tout ça ?

Cette initiative est un premier pas donner quelques idées, comme il en émerge beaucoup sur la toile en ce moment, mais je t’invite surtout maintenant à te demander (c’est l’occasion, si tu as du temps) : qu’est-ce qui nourrit cette connexion dans ta vie à toi ? Dans quels contextes est-ce que tu ressens cette connexion ?

Est-ce que c’est quand tu discutes avec ta marraine, ta meilleure amie ou quand tu es seule en forêt ? est-ce que c’est quand il fait soleil ? il pleut ? où ?

Puis, lesquels de ces « attributs » pourrais-tu vivre ou favoriser dans ta vie confinée ?

Par exemple, pour ma part, je sens cette connexion le matin quand le petit jour est levé depuis peu de temps et que les oiseaux commencent leur joyeuse ronde. Comme je me sentais « comme un oiseau en cage » ces dernières semaines, j’ai décidé de me lever un peu plus tôt et de passer 15 minutes chaque matin à ma fenêtre ouverte avec mes jumelles à regarder le jour démarrer, les oiseaux faire tout leur trafic et les écureuils commencer leur bal sur les fils électriques.


Pour trouver quels instants pourraient te correspondre, voici quelques attributs qui pourraient t’aider :

  • Te relier à tes sens (bien que la ville ou « l’intérieur » ne nous y invite pas forcément (=>à faire sur le balcon ?)). Et c’est vrai qu’en fonction de ce qui te correspond le mieux, la méditation pleine conscience, la dégustation à l’aveugle, l’auto-massage, l’observation (et l’écoute) des oiseaux sont des exemples qui peuvent être aidants.
  • Te connecter à ton enthousiasme, ce qui te motive, nourris ta curiosité (perso j’aime les oiseaux, mais peut-être que toi c’est plutôt les étoiles ou passer du temps avec ta mamie au téléphone)
  • L’écoute (de soi et des autres) : prendre des moments pour s’écouter les uns les autres et laisser de la place à ce qu’on a à se raconter (en mode soirée autour du feu ?)
  • L’envie d’aider : la sensation de connexion peut être très forte lorsqu’on aide les autres, si c’est quelque chose qui te parle, c’est une période propice à l’entraide !
  • Célébrer l’aspect sacré de la vie : pour certain.e.s d’entre nous le côté « sacré » de la vie est très fort (c’est notamment mon cas) et de prendre un temps pour l’apprécier, que ce soit en regardant une fourmi ou une graine germer, et le partager, peut être source d’une connexion profonde.

Je pense qu’avec ça tu devrais avoir quelques billes pour trouver tes propres sources de connexion, pour pouvoir t’aménager des instants « connectés » à toi, en ces temps plutôt tournés vers l’intérieur. Déguste-les et nourris-en toi pourquoi pas pour faire un point sur ce qui a du sens pour toi et ce qui t’apporte de l’énergie.

Dans les accompagnements des Façonneuses, la connexion est mise au centre, car je pense qu’elle est un des ingrédients primordiaux d’une vie épanouissante. C’est pour cela aussi que la connexion à la Nature fait partie intégrante des programmes, car elle permet d’avoir accès à ce qui nous fait réellement vibrer, ce qui est justement ce qu’on cherche quand on est en quête de sens professionnel et écologique.

Je serais également ravie d’en savoir plus sur comment est-ce que tu cultives cette connexion dans ce contexte de confinement. Tu peux ainsi le partager en commentaires des #MercrediConnexion=>>> Ici ! 🙂

🙏

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Pour aller plus loin, inscris-toi à la mini-série de 4 vidéos gratuites...

pour dépasser les 4 principaux freins auxquels on est confrontée quand on souhaite lancer son activité durable (même si on ne sait pas encore comment ;) )

symbole
les 4 freins les plus courants quand on suohaite lancer son activité durable
Cannelle
Cannelle

J’accompagne des jeunes diplômées en quête de sens professionnel et écologique vers un entrepreneuriat durable qui leur ressemble.

Qui suis-je ?

Laisser un commentaire